GARBAGE ESTHETIC

Beni Yeni, Algérie - Heraklion, Crète Grèce,

2004 & 2006

Land Art, Performance, Vêtements, Photographie

PlasTic-Tac


Le Programme Garbage esthetic
Partant du postulat que la pollution, les déchets et les emballages sont parmi nous et pour un bon bout de temps, ils sont l'essence même d'une nouvelle esthétique imposer malgré nous que je nomme “Garbage esthetic”. Différentes actions sous formes de Land Art, performances, vidéos et photos en découlent.
Peut-être qu'en acceptant le symptôme nous pourrions guérir plus rapidement et distinguer au loin les embruns Pink !
Le temps presse !

“Garbage Esthetic I” à Beni Yeni (2004)
A l'invitation de l'association AMSED de réaliser et de faire participer les habitants du village de Beni Yeni sur les hauteurs de la Kabylie en Algérie à une œuvre d'art contemporaine collective. La proposition et le défi étaient de constituer une œuvre du type “Land Art”. Mon idée était de rendre hommage à l'artisanat local des bijoux en réalisant une fibule géante. <<La colline et son manteau vert, à droit elle aussi à sa parure...>>


Le principe à partir de sachets de différentes couleurs était de collecter, dans un premier temps, pour chaque participant, dans le périmètre donné d'un champ en plein air les déchets. Déchets verts  (herbes, épluchures...): sachet verts ; Gravats : sachet gris ; Verres cassés, tiges métalliques, objets divers... : sachet bleu ; Emballages divers : sachet jaune.


Dans un deuxième temps, les participants se répartissent autour d'un grand cercle d'environ 10m. de diamètre avec leur récolte, composé de petits piquets par sachet, afin de réaliser une œuvre à  partir de leur moisson. Le diamètre (l'aiguille) est représenté par l'habillage de grands poteaux disposés le long d'une ligne divisant le cercle en deux pour réaliser des totems-personnages à partir des objets de grand format ramassé. Le tout donnant un cercle et une barre la traversant. L'implication des villageois et la présentation de l'œuvre collective aux habitants, aux autres villages voisins et aux écoliers ont permis de prendre conscience de la pollution même dans ces lieux retirés et magnifiques en altitude. Résultat, la décision fut prise par le maire de mettre en place pour le verre un système de consigne et de récupération notamment des canettes de bières. Vive l'art !

“Garbage Esthetic II” à Heraklion (2006)
C'est à partir de déchets relevés à la plage, en ville et sur les chantiers, la performance couplée d'une vidéo-projection montrait cette récupération. Des interactions, réalisation d'habits-déchets et de danse/transe avec ces objets jetés, personnages fait de briques et brocs ramassés, avec la vidéo, montrait encore les temples de la consommation locale de notre mort annoncée.


Cette performance s'est réalisée sous le perron de la basilique orthodoxe Saint Marc dont les autorités ecclésiastiques m'avaient interdit la performance à l'intérieur.
En fait, cette performance-vidéo est une première historique sur l'ile crétoise.


Une expérience au préalable de performance-installation sur la plage d'Héraklion avec les objets-déchets trouvés sur place a été réalisé et des prises de vues video pour la projection-performance à la Basilique Saint Marc.
La série “C.O.D.E. Napoléon” ou <<Quand l’Homme terrasse la Nature et sa nature humaine>> - intègre des objets du quotidien et des paysages.


Avec “Code N.A.P.O.L.E.O.N.” , se superpose à la photographie d’un paysage semi-urbain, et visiblement sali et pollué, un “tag” numérique à l’effigie de Napoléon, symbolisant, peut-être, l’impérialisme de l’homme sur son environnement et l’impudence avec laquelle il compte gagner la bataille contre la Nature, et sa nature.

C’est donc le décor naturel, les arrières plans "paysages" et le sol, peint et sculpté de la main du dieu néfaste “Détritus” de vomi humain polluant, qui encodent nos regards.

Le processus Photographie + Tag Numérique se poursuivra sur d’autre territoire géographique de la planète Bleue.

Il semble urgent que les terriens découvrent la planète Pink. Son paysage intérieur.